logo article ou rubrique
Alexandre Law-Wan, prêtre pour notre diocèse
Article mis en ligne le 14 août 2023

par Centre diocésain d’information

Famille, amis, fidèles sont venus nombreux, hier dimanche 13 août 2023, entourer d’Alexandre Law-Wan, ordonné prêtre pour le diocèse de La Réunion. La célébration s’est déroulée à Saint-Joseph, sur le parvis (très élargi) de l’église paroissiale.

Choisir le Christ en choisissant le sacerdoce ? L’idée lui en est consciemment venue à l’âge de 7 ans, au moment de sa première communion. Plus précisément, c’est la joie de son curé, « un curé rayonnant », qui lui a ouvert les yeux sur ce désir. Et la prise de conscience de « l’amour du Seigneur pour moi, qui m’aime plus que ma maman, comme aucun autre être au monde ne peut m’aimer ».

Sa première communion : un moment inoubliable pour ce jeune garçon né le 25 janvier 1995 à Saint-Pierre, mais dont très vite la famille retourne s’installer à Saint-Joseph, d’où est originaire la maman. C’est donc dans cette paroisse et dans cette ville que grandit le jeune Alexandre. Très petit, il a déjà, se souvient-il avec émotion, « une attirance forte envers l’eucharistique. Tous les dimanches, j’allais à la messe avec mon frère et maman ; l’offertoire et la consécration étaient un moment fort d’attention. Le silence dans l’église… Maman m’avait comprendre que Jésus était là. » Une mère que l’on devine très importante dans son évolution. Alors que le curé de Saint-Joseph, le père Clotaire Fontaine, l’autorise à faire sa première communion à un âge précoce, c’est elle qui l’y prépare : « Tous les soirs, j’avais un petit cours de catéchisme avec elle. Elle m’a appris à connaître Jésus comme un ami intime, mon meilleur ami ». Ainsi, soigneusement cultivée, la petite graine de foi semée au baptême se développejusqu’à ce jour de première communion où il confie au Seigneur : « Si tu veux que je sois prêtre, alors je veux bien ».

Puis, le jeune Alexandre grandit, préoccupé comme tous les enfants par son travail scolaire, ses copains… Le voici adolescent. Au début des années lycée, il est invité par le père Clotaire Fontaine à une retraite avec la communauté du Thabor (un groupe de jeunes). À ce moment-là, dit-il, « le Seigneur est venu se rappeler à la mémoire de mon cœur. Je suis passé d’une foi domestique à une foi plus personnelle vécue en Église et qui porte du fruit en Église ».

L’adolescent découvre mieux, à cette occasion, grâce aux enseignements du Diacre Jacques Fournier, quelques grandes figures bibliques : Abraham, Paul… Son désir s’affirme : « C’est ça que je veux faire ». Ces professeurs envisageaient pour lui un avenir de médecin… À 17 ans, pas très bien dans sa peau, il lit L’Étranger  de Camus, « comprend tout, le mal dans le monde, tout ça » mais… « le Seigneur était toujours là, je lui parlais ». Et c’est sa mère qui lui permet de sortir de ce trouble : « Un soir, de 20h à minuit et demi, elle m’a tenu, me permettant de mettre des mots sur mon mal être, jusqu’à ce que je dise : je ne veux pas être médecin, je veux être prêtre. Elle m’a juste répondu : « C’est tout ? »

L’avenir s’éclaircit, le jeune Alexandre fait « un pari avec le Bon Dieu : j’ai mon bac et comme depuis l’âge de 12 ans j’ai envie de partir, quand je l’aurai je partirai. Pour être professeur des écoles ou prêtre ». Ce sera… licence d’État de théologie à la Catho d’Angers. Un temps d’études mais aussi un temps riche en rencontres, en belles amitiés qui l’aident à s’ouvrir davantage, à sortir de lui.

Providentiellement, il suit un cours d’italien – « une langue merveilleuse ! J’ai adoré » – avec des Petites Sœurs de Jésus. Comme il arrive en fin de licence, on lui propose un échange à Rome avec la l’Université pontificale grégorienne. Il y passe un semestre, accueilli au Séminaire français. Là encore, des amitiés se nouent qui l’aident à toucher du doigt l’universalité de l’Église. « Et moi qui avait très peur d’entrer au séminaire, qui ne me sentais pas digne, au bout de six mois j’ai écrit à Mgr Aubry ! »

Autres événements marquants de son parcours : un pèlerinage en Israël « avec la fac », la participation aux JMJ de Cracovie en 2016… Avant son intégration au Séminaire Saint-Jean de Nantes, Mgr Aubry lui propose un stage pastoral à Sainte-Suzanne. Période intense : il loge à la Délivrance (Saint-Denis), est présent trois jours par semaine à l’Aumônerie de l’Université, et le reste du temps découvre sous le regard paternel du père Magloire Djaba Tossou les réalités paroissiales. « Il m’a beaucoup encouragé. J’ai aussi découvert avec lui qu’un prêtre peut s’excuser. »

Après deux années au Séminaire Saint-Jean, au cours desquelles il goûte à la vie fraternelle, Alexandre Law-Wan poursuit son parcours atypique avec un stage à Madagascar, dans la paroisse Saint-Joseph du diocèse de Port-Bergé, au nord de l’île. « J’ai appris à me laisser évangéliser par les Malgaches. Cela a été une expérience de pauvreté dans la rencontre de la joie, de la spontanéité des Malgaches, et un approfondissement des liens entre La Réunion et Madagascar. Repartir à l’une des sources qui créent La Réunion. »

De retour à La Réunion, un mois à la paroisse Saint Augustin (Ravine des cabris) puis en 2019, direction Rome à nouveau, cette fois pour préparer une licence canonique en anthropologie théologique.

En septembre 2022, Alexandre Law-Wan entreprend une licence canonique de théologie du mariage et de la famille à l’Institut Jean-Paul II (Rome). Le 14 décembre de la même année, il est ordonné diacre dans la chapelle du Séminaire français.

Sur l’affiche qui annonce son ordination presbytérale, il a choisi de faire apparaître saint François Xavier (« parce que c’est le patron du diocèse »), saint Jean-Paul II (à cause de l’Institut et de sa visite à La Réunion) et Fr Scubillion (« notre bienheureux »). Choisir ces reproductions de vitraux de l’église des Colimaçons était aussi pour lui « une façon de dire “oté La Réunion”, dire l’amour de cette terre ». Car il s’agit maintenant « de fleurir là où j’ai été planté ».

À 28 ans, riche d’un parcours marqué à la fois par la variété et par la fidélité, le père Alexandre voudrait être « un homme tout à tous », « proche des gens et accessible », « un homme de prière », avec « une réelle attention aux familles et aux petits, et une attention aussi à ceux qui n’ont pas encore reçu l’Esprit ». Il s’y exercera dans les mois qui viennent en poursuivant ses études à Rome.

Revivre l’ordination sur la page Facebook de Radio Arc-en-ciel :
https://fb.watch/mpy57CHOEK/
et
https://fb.watch/mpy7Q1QWXi/


Appels à dons, bénévolat

puceContact puce RSS

2009-2024 © Diocèse de Saint-Denis de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH