logo article ou rubrique
Abus sexuels : Lettre du pape François au Peuple de Dieu
Article mis en ligne le 21 août 2018

par Françoise Adam de Villiers

Le pape François vient d’adresser à tou·te·s les catholiques une Lettre au Peuple de Dieu, en réaction aux récentes révélations d’abus sexuels perpétrés par des membres de l’Église aux États-Unis, et couverts par l’institution. Il appelle tous les fidèles à la prière, au jeûne et à une transformation profonde des mentalités et des comportements, pour lutter contre « cette culture de mort ».

Cette Lettre fait suite à la démission, fin juillet, de l’archevêque émérite de Washington, Thedore McCarrick, et surtout à la publication d’un rapport du procureur de Pennsylvanie sur les abus sexuels sur mineurs commis dans six diocèses de cet État.

Theodore McCarrick, âgé de 87 ans, est accusé d’abus sexuels sur mineurs et de comportement sexuel inapproprié avec des adultes dans les années 70. Le Pape François avait accepté sa démission, lui ordonnant de suspendre tout exercice de ministère public et de se retirer pour mener une vie de prière et de pénitence, dans l’attente d’un procès canonique régulier.

Le rapport sur les diocèses de Pennsylvanie, quant à lui, porte sur une période de soixante-dix ans ; il fait état de plus de 1000 enfants violés et de 301 prêtres concernés. Autant de crimes couverts par les autorités ecclésiastiques. Le pape François y fait explicitement référence au début de sa Lettre au Peuple de Dieu.

« Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui », rappelle le Pape au début de son message, citant saint Paul (1 Cor 12, 26). Évoquant « la souffrance vécue par de nombreux mineurs à cause d’abus sexuels, d’abus de pouvoir et de conscience commis par un nombre important de clercs et de personnes consacrées », le Pape estime que, « considérant le passé, ce que l’on peut faire pour demander pardon et réparation du dommage causé ne sera jamais suffisant ». Considérant l’avenir, il insiste sur le fait que « rien ne doit être négligé pour promouvoir une culture capable non seulement de faire en sorte que de telles situations ne se reproduisent pas mais encore que celles-ci ne puissent trouver de terrains propices pour être dissimulées et perpétuées ».

Le Pape pointe en particulier « le cléricalisme », cette « manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Église », qu’il avait déjà dénoncée dans sa Lettre aux catholiques chiliens, en mai dernier. Un cléricalisme dont la responsabilité n’incombe pas seulement aux clercs mais aussi aux laïcs. C’est pourquoi il insiste pour que « chaque baptisé se sente engagé dans la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin ». C’est seulement ainsi, avec « la participation active de tous les membres de l’Église », que pourront se créer « les dynamiques nécessaires pour obtenir une saine et effective transformation ».

(photo : Mariordo/Cretative Commons)

puceContact puce RSS

2009-2022 © Diocèse de La Réunion - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.3
Hébergeur : OVH