Patrick Richard en tournée pour ses trente ans de chanson

lundi 9 janvier 2017
par  Sonia Delecourt

Qui n’a jamais chanté le « Psaume de la Création », « En famille, en peuple, en Église » ou encore « Appelés à la liberté » ? Ces chants bien connus des fidèles sont de Patrick Richard, un auteur, compositeur et interprète brestois qui parcourt depuis trente ans les routes de France et du monde, pour annoncer la Bonne nouvelle. À l’occasion de cet anniversaire et de la sortie de son nouvel album, il sera en tournée à la Réunion du 10 au 22 janvier 2017.

Votre dernier passage à La Réunion remonte à vingt ans. Pourquoi revenir cette année ?

J’ai envoyé un mail au diocèse de La Réunion il y a quelques mois, en précisant que je fêtais cette année mes trente ans de chanson, que ça faisait vingt ans que je n’étais pas venu à La Réunion, et que j’étais disponible en janvier. L’équipe de la pastorale liturgique et sacramentelle m’a répondu favorablement. C’est avec bonheur que je reviens donc, avec de nouveaux chants et une énergie intacte.

Comment votre histoire musicale avec le Seigneur a-t-elle commencé ?

Composer à la guitare a toujours été pour moi un moyen d’expression. À quinze ans, j’étais timide, et ce qui m’a aidé à m’en sortir, a été d’écrire des chansons pour dire ce que j’avais sur le cœur. Je suis revenu en Église quand j’avais une vingtaine d’années, et je me suis servi de mon moyen d’expression pour écrire et composer des chants pour le Seigneur. J’ai rencontré Noël Colombier, un chanteur en Église, qui m’a invité à une tournée. J’y ai pris goût. J’ai été dans un même temps permanent au Mouvement eucharistique des jeunes ( MEJ), où j’ai composé quelques chants, dont le Psaume de la création. Un autre chanteur, Raymond Fau, m’a remarqué et mis en lien avec sa maison de disques. C’est comme ça que j’ai enregistré mon premier album.

Pourquoi chanter pour Dieu ?

C’est mon truc. Je ne poursuis pas une carrière de chanteur. J’ai simplement envie de dire avec les mots de tous les jours et avec mon instrument, ce qu’est ma foi.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La vie, l’Évangile, la Bonne nouvelle, et ce qui nous rend heureux. Je suis assistant social de formation, j’ai passé beaucoup de temps à écouter les cris des hommes, leurs espérances, leurs besoins d’espoir, et j’ai envie de chanter tout ça, parce que ce rêve que nous avons d’un monde meilleur, Dieu l’a fait en envoyant son fils Jésus, pour nous monter ce qu’est le bonheur.

Quels messages souhaitez-vous faire passer à travers vos chansons ?

La dignité de chacun et chacune, la grandeur… Dire que vivre heureux, c’est vivre dans toutes les dimensions : horizontale, à la rencontre des autres, et des autres à notre rencontre, et verticale, dans ce qui nous amène à nous élever.

Combien de chansons avez-vous écrites ?

Beaucoup (rire). J’ai fait plus une trentaine d’albums.

Chantez-vous uniquement en France ?

Je chante en France, mais aussi en Europe : Belgique, Italie et Suisse, et dans les pays francophones : au Sénégal, mon pays de naissance, à Tahiti, aux îles Marquises, en Israël, au Maroc, et je suis venue il y a vingt ans à La Réunion, pour une tournée de solidarité pour Madagascar qui avait été dévastée par un cyclone.

Quelle chanson a été votre plus grand succès ?

Ce qui a tout lancé a été le Psaume de la création. C’est le chant qui a été mon laissez-passer, tant dans des courants d’Église, que dans des lieux géographiques et des âges différents.

Comment expliquez-vous le succès de cette chanson ?

Aucune idée. Si on savait expliquer le succès d’une chanson, on en ferait tout le temps ! C’est la magie, le miracle, l’inexpliqué, qui fait que tel chant nous pousse à continuer. On peut en écrire d’autres dont on est plus fier, sur lesquels on a passé plus de temps, dont on aura choisi tous les mots, et qui ne marcheront pas.

Quel accueil vous réserve le public ?

C’est tellement super que c’est ce qui me pousse à continuer. J’y mets plein d’énergie, et j’en reçois tout autant. On a un boulot difficile, on est désinstallé tout le temps, mais cette bonne nouvelle vécue me donne de l’énergie pour continuer.

Les concerts

  • Mercredi 11 janvier : Paroisse de Champ-Borne, messe à 17h, concert à 18h30.
  • Jeudi 12 janvier : Paroisse du Port (Saint-Yves), messe à 17h, concert à 18h30.
  • Vendredi 13 janvier : Paroisse du Guillaume, messe à 17h, concert à 18h30.
  • Samedi 14 janvier : Paroisse de Cambuston, messe à 17h, concert à 19h.
  • Dimanche 15 janvier : Paroisse de Trois-Mares, messe à 17h, concert à 19h.
  • Mardi 17 janvier : Paroisse de Sainte-Clotilde, messe à 17h30, concert à 19h.
  • Mercredi 18 janvier : Paroisse de Saint-Leu, messe à 17h, concert à 18h30.
  • Jeudi 19 janvier : Chapelle de l’Hermitage messe à 17h30, concert à 18h30.
  • Vendredi 20 janvier : Chez l’habitant à Montvert.
  • Samedi 21 janvier : Paroisse de Saint-Gilles les Hauts, messe à 16h30, concert à 18h.
  • Dimanche 22 janvier : Paroisse de Sainte-Marie, messe à 8h30 et concert à 15h.

Annonces

Dieu m’est témoin

PNG - 1.5 ko


Église à La Réunion

JPEG - 34.1 ko


Messes du dimanche

JPEG - 68.1 ko


Brèves

12 décembre - Messes en décembre à Mafate

Horaires des messes célébrées à Mafate au mois de décembre : Dimanche 17 décembre : messe à La (...)

27 novembre - Nouveaux horaires de messe à Sainte-Marie

La paroisse N.-D.de l’Assomption, Sainte-Marie, a un peu modifié ses horaires de messes. Les (...)

20 novembre - Lucien Botovasoa béatifié en avril 2018

Les évêques de Madagascar ont annoncé officiellement la date de la béatification de Lucien (...)

3 août - Nouvelle formation Teenstar en octobre 2017

Une nouvelle formation Teenstar s’ouvrira prochainement à La Réunion. Le programme Teenstar est (...)

28 février - L’AFC Saint-Joseph Ouvrier reprend ses activités

L’AFC Saint-Joseph Ouvrier reprend ses activités à compter du 1er mars, notamment l’atelier 4 TI (...)